Rignold 1A l’automne 1955, Istomin fit pour la première fois une importante tournée en Afrique du Sud. Il y fit la connaissance d’un chef d’orchestre anglais, qui allait devenir un grand ami, Hugo Rignold. Rignold, qui était né en 1905, était alors le principal chef invité du plus important orchestre du continent africain, le Cape Town Orchestra, et il le restera jusqu’en 1973, trois ans avant sa disparition.
Istomin trouvait que Rignold était un musicien de premier ordre, qui aurait mérité de faire une carrière de premier plan, à la tête d’un grand orchestre anglais. Il trouvait scandaleux que le public anglais le snobe, sous prétexte qu’il avait commencé sa carrière comme violoniste de jazz et leader de big band. Ormandy avait eu un parcours semblable mais en Amérique il n’y avait pas de préjugés aussi rédhibitoires. Pendant la guerre, il avait profité de son affectation au Moyen-Orient comme chef d’escadrille de la RAF pour diriger l’Orchestre du Caire et l’Orchestre de Palestine (le futur Orchestre d’Israël). Au lendemain de la Guerre, Rignold dirigea beaucoup de ballets à Covent Garden et il fut même directeur musical du Royal Ballet jusqu’en 1960. Son sens du rythme et de la danse y firent merveille, mais cela contribua aussi à renforcer son image de musicien « léger ». On lui confia la responsabilité de deux orchestres régionaux, Liverpool (1948-1954) et Birmingham (1960-1969), mais il n’apparut à la tête des grands orchestres londoniens que pour des concerts isolés. Dans sa discographie, riche de nombreux ballets et de pièces populaires, ne figure qu’une unique symphonie, la Neuvième de Dvorak ! (Merci à Christopher Howell pour ses recherches)
Istomin, par ailleurs très sensible au charme de sa fille Jennifer, s’amusait des passions de Rignold pour les voitures de sport (il pilotait des Aston Martin ou des Jaguar et avait fait de la compétition automobile) et pour les femmes ! Il résida souvent chez Rignold lorsqu’il donnait des concerts en Angleterre, en particulier en 1961 lors des premières apparitions du Trio en Angleterre, ce qui simplifiait bien le déroulement des répétitions. Les dîners et les discussions se poursuivaient allégrement jusqu’au milieu de la nuit…

Concerts

Cape Town Orchestra, City of Birmingham Symphony Orchestra : pas de dates ni de programmes accessibles.

Document

Hugo Rignold, à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Londres, dirige le premier mouvement de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak. Une magnifique version.